Réunion du 2 décembre 2021 AUGAD – SNCF-Réseau

Gare des Arcs-Draguignan

Enquête d’Utilité Publique 2022

Pour l’AUGAD : Michel Dupart, Martine Dupart, Jean-Louis Bon

Pour SNCF-Réseau : M. Policht, Responsable réseau les Arcs-Vintimille et Mme Laurence Gontard du cabinet Nikaya Conseil à Venelles

Le projet actuel concernant la gare des Arcs-Draguignan s’inscrit dans le Projet Ligne Nouvelle PACA (PLN). Une Enquête d’Utilité Publique est nécessaire car il s’agit de travaux intégrés dans les phases 1 et 2 du PLN. Ce projet a beaucoup évolué depuis 2010 en fonction des différentes concertations qui se sont déroulées. Le projet grande vitesse a été réorienté vers les trains du quotidien et le besoin de décongestionner le réseau autour de Marseille, Toulon et Nice, ce qui constitue les phases 1 (2021-2027) et 2 (2025-2035). Il s’agit d’abord d’améliorer l’infrastructure existante. La nouvelle ligne viendra après.

Les travaux de la phase 1 sont à prévoir à partir de 2025. La gare des Arcs est tournée vers les 2 secteurs : secteur Toulon et secteur azuréen.

  • Du côté Est : l’objectif est de renforcer la desserte TER : 6 TER par heure dans chaque sens entre Cannes, Nice et Menton. Pour cela il faut faire sauter les verrous existants entre Cannes et Nice. Et on peut aussi améliorer le trafic autour des Arcs car des lignes sont sous-utilisées. La densification se fait surtout à partir de Cannes.
  • Du côté ouest, des travaux sont prévus dans cette phase pour décongestionner le nœud toulonnais : de St-Cyr à Carnoules.

TER : dans la phase 2, il n’y aura pas vraiment plus de trains vers Toulon (1 de plus en heures de pointe) mais l’augmentation sera plus nette vers Nice (2 TER par heure en heures de pointe)

TGV : il est prévu que puissent circuler 3 TGV par sens et par heure.

Concernant l’ouverture à la concurrence, le marché a été validé. En 2025 , le passage à Transdev sera effectif. Une volonté de la Région est la densification du trafic. C’est difficile aux heures de pointe mais les progrès se feront surtout pour les heures creuses. L’amplitude sera peut-être élargie.

A échéance 2035 : passage de 27 à 44 trains par sens pour la navette toulonnaise et de 27 à 48 pour la navette azuréenne.

En gare des Arcs : démarrage des travaux en 2029-2030 pour les plans de voies.

Pour la navette azuréenne (vers Nice), la voie SD sera dédiée à un des 2 trains azuréens.

Pour la navette toulonnaise, la voie 27 sera réhabilitée et le quai devra être allongé, il passera à 110m (+ 30m).

Des travaux de connexion entre les voies seront également entrepris.

Quelques mois de travaux doivent suffire. Ces travaux se feront surtout la nuit.

L’augmentation du trafic aura des conséquences sur la gare des Arcs, à la fois sur la question des parkings nécessaires et aussi sur l’accès par bus à partir de Draguignan :

Il est prévu que la fréquentation de la gare des Arcs passe de 990 000 voyageurs (2019) à 1,8M environ vers 2035. Il faudra donc améliorer les accès à la gare.

La voiture reste certes le moyen de transport privilégié de la Dracénie. Mais il faut aussi penser « transports en commun ». La remise en état de l’ancienne ligne ferroviaire entre Les Arcs et Draguignan est devenue impossible : même si elle est encore propriété de SNCF, son utilisation comme voie verte est très prisée de la population. De plus, voie ferrée comme BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) seraient très coûteux. La seule solution est donc de revoir le fonctionnement de la ligne 5. Une étude est en cours pour la fiabiliser. L’objectif est d’avoir 3 bus en circulation au lieu de 2 actuellement. Peut-être avoir un direct et un omnibus ? Il faut trouver des aménagements à faire sur l’entrée de Draguignan pour ne pas engluer le bus dans la circulation.

Ces différentes questions seront examinées par DPVa et SNCF.

En outre, SNCF-Réseau interviendra auprès de DPVa pour demander une amélioration de la gare routière : signalétique, abri-bus , affichage.

Autres aspects :

Future gare du Muy ? Dans le cadre de la nouvelle ligne TGV, on avait étudié la connexion Draguignan- Nouvelle Gare du Muy mais la gare du Muy est dans la phase 3 et comme le projet a évolué, il n’est pas sûr qu’elle soit mise en place. A partir du débat public, tout peut changer d’autant plus qu’il s’agit d’un horizon devenu lointain (2040-2050).

Faut-il toujours un pôle de transport au Muy ou faut-il se contenter d’améliorer l’existant et spécifiquement la gare des Arcs ?

Comme tout grand projet, il faut montrer qu’il est « compatible environnement » et qu’il apporte un gain économique et sociologique au territoire.

Et la zone des Bréguières ? La ligne Bréguières n’est pas utilisée (ITE) mais rien n’est prévu pour elle. Elle ne semble pas correspondre à un réel besoin.

Rien ne change pour la ligne militaire Ste Roseline.

Agenda de l’Enquête d’Utilité Publique :

  • Étape 1  : Affichage légal, information publicitaire, utilisation des média. La commission d’enquête va déterminer les modalités de l’enquête d’ici le 10 décembre.
  • Étape 2 du 17 janvier au 28 février : consultation de la population : Dossier de 5000 pages (mais « Cahier territorial Les Arcs » au tome C2, 130 pages) 2 sites internet permettent de voir les documents : registre numérique que l’on peut consulter et sur lequel on peut donner son avis, et site de ligne nouvelle. L’AUGAD recevra toutes les données par mail avant l’enquête (début janvier).
  • Étape 3 : Le préfet de région a un an pour donner son avis ( avant février 2023) et déclarer le projet d’utilité publique. Tant que le projet n’est pas déclaré d’UP, les travaux ne peuvent commencer.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.